Philippe Raynal

Psychanalyste

Tel : 06.19.62.65.79

Adolescents, adultes, couples.

Horaires : 

  • Du lundi au jeudi : 8h30 - 20h30

  • le samedi : 9h - 18h

Sur Rendez-vous uniquement.

Présentation

Psychanalyste depuis 2008

Supervision et contrôle : membres de l'A.L.I.

 

FORMATION sur 9 années

  • Université Paris VIII 

  • Psychopathologie  :  hôpital Henri Ey, Porte de Choisy à Paris

  • Formation didactique : Association Lacanienne Internationale (Freud/Lacan : A.L.I) reconnue d’utilité publique 25 rue de Lille à Paris

  • Collège de l'A.LI.

  • Psychanalyse personnelle 

Comment ça se passe ?

Dès la première rencontre, je pose un certain nombre de questions pour évaluer de quoi il en retourne. Il faut une écoute particulière pour ce qui constitue votre demande particulière, ce que vous dites et ce que vous ne dites pas mais qui s'entend déjà, ce que vous ne savez pas que vous dites, ce que vous savez sans le savoir. Qui que vous soyez, quoi que vous ayez fait - ou pas fait -  je m'y intéresse. J'évalue  après cela si un traitement est possible.

 

Si c'est le cas, je vous propose un Cadre adapté pour que votre vérité puisse se dire dans les meilleures conditions. Un cadre donc pour que la parole puisse se libérer, s'épanouir dans la confiance. 

 

Une psychanalyse permet une exploration de l'inconscient, et donc de mettre à jour par la parole ce qui constitue l'essence même nos motivations les plus intimes. Elle donne accès à un savoir et c'est un remède contre l'ignorance. Le sujet est remis en selle psychiquement.

Thérapie de couple

Crise, conflit, manque de désir...

Nous savons tous que dans un couple il y a des hauts et des bas. Mais il arrive qu'on sente qu'il ne s'agit plus d'une crise passagère.

Introduire un tiers dans la relation autorisera de rétablir la communication.

 

Dans un premier temps, je ferai avec vous l'inventaire le plus précis des problèmes de votre couple. J'établirai avec vous sa biographie, son histoire. Nous remonterons à sa naissance, évoquerons ce qui a permis sa durée. 

 

Il faudra parler de vos antécédents personnels et des désirs de chacun individuellement et évaluer si il est possible de les actualiser et intégrer dans votre couple.

 

Le couple se présente le plus souvent à moi avec un contentieux comptabilisé, voulant équilibrer les échanges comme par une justice commerciale. Or, toute relation durable repose non sur l’échange commercial dont les contrats sont révocables à tout moment, mais sur la croyance en un absolu, mythe fondateur qui ordonne le don. Le psy aidera à déposer calculettes et livres de comptes, à restituer ce récit fondateur et apprendre à le faire évoluer tout en respectant le développement de chacun.

 

Ainsi, il ne s'agit pas de juger de qui a tort ou raison  mais de rétablir le contact, la communication entre vous. Quelque chose devra se révéler de votre frustration par rapport à vos attente dans la relation sans viser à changer l'autre. Souvent, des causes inattendues apparaissent.

Cette thérapie de couple s'envisage à priori donc comme "optimiste", c'est à dire cherchant à rétablir le contact, le dialogue, voire le désir, et a déjà souvent réussi le pari d'un nouveau départ  du couple.  Mais je ne suis pas non plus le garant ni le représentant  de l'institution du mariage ou de la famille. Il arrive aussi que les deux partenaires décident de mettre fin à la relation. Dans ce cas le psy permettra que ce processus de deuil se fasse le mieux possible, en établissant une pacification par une positivation du passé commun, en faisant entrer le Roman de cette histoire dans le domaine symbolique, autorisant les commémorations et le respect.

D'un point de vue technique, nous ne sommes évidement pas dans le cadre d'une psychanalyse classique, et les intéressés ne s'allongent pas sur le divan. Cela se passe en "tête à tête à trois", et même si le déploiement de la parole des sujets reste essentiel, mon rôle est aussi celui d'une médiation et j'interviens donc plus, nécessairement. 

 

Psychanalyse individuelle

Une psychanalyse bien menée vous remettra en selle, vous aidera à faire et assumer les choix pour votre vie, bref, à affronter le réel.

Le rêve, le symptôme, le lapsus, l'acte manqué - la matière même de l’inconscient - tout cela est fait de paroles qui ont été dites et qui ont pu valoir pour des sentences, ou encore de pertes réelles, d’événements inoubliables sur lesquelles le sujet n’a pu mettre de mots. 

Pour la psychanalyse, concernant les relations humaines, tous nos troubles prennent naissance dans nos relations aux autres, et notamment nos premiers autres, et si la cure est possible, c'est qu'elle autorise de les retrouver pour qu'elles resurgissent, pour permettre d'en prendre la mesure et de se positionner autrement en conséquence.

Ainsi la relation véritablement thérapeutique est rare, et pour la psychanalyse, ses ressorts sont invisibles, et appartiennent à l'inconscient. Il s'agit de ce Freud appelait les processus primaires, qui sont des mécanismes à l'oeuvre dans l'échange entre les représentations inconscientes. Ces représentations apparaissent dans les formations de l'inconscient : actes manqués, lapsus, oublis, mots d'esprit, et surtout les rêves.

Si beaucoup ne se souviennent plus de leurs rêves, c’est d’abord en raison de leur solitude. Parce qu'il n'y a personne pour écouter vraiment l'inconscient. Quand les rêves reviennent, tout doit être mis en oeuvre pour créer une écoute continue. Cette sensibilisation à l'inconscient est vitale, car ils sont véritablement « la Respiration », et quand on perd tout contact avec eux, l’asphyxie nous menace.

Le simple fait de rêver et de demeurer à l’écoute de son inconscient entretient une certaine souplesse psychique. Freud note que notre activité onirique ne cesse jamais, elle se poursuit en sourdine, même le jour, et influe sur le cours de nos pensées sans qu’on s’en aperçoive. Quand on parvient à interpréter certaines formations de l'inconscient marquantes en fonction de son propre cheminement, il n’en résulte pas seulement une amélioration de tel ou tel symptôme, on ressent une plus grande énergie dans le courant de l’existence.

Loin d’entraîner un repli sur soi, l’interprétation du rêve ouvre au contraire la voie à de nouveaux investissements relationnels.

La psychanalyse a également pour effet d’éveiller chacun à sa propre créativité et de le rendre plus sensible à celle des autres, et de fonder ses relations sur la partie la plus inventive de son être.

Le plus grand bénéfice de la psychanalyse est toutefois de mettre au jour l’infinie variété des pulsions et des désirs qui nous habitent et de leur offrir un dérivatif à leur mesure. Il y a donc tout à gagner à écouter la parole de l’inconscient, où est inscrite en effet la promesse d’une multitude de satisfactions qui se sont déposées au fur et à mesure de notre histoire. C’est la raison pour laquelle nous sommes habités de désirs innombrables, souvent opposés, qui sont tous chargés d’une charge libidinale importante. Notre vie onirique est le lieu par excellence où tous ces désirs trouvent à se réaliser la nuit au fur et à mesure que les circonstances les éveillent, et ils sont d’une variété infinie. On a tout intérêt à parier sur eux et à s’y intéresser si l’on veut vivre en accord avec soi au cours de la journée.

Voilà où conduit souvent l’analyse : elle met à nu des souhaits divers, et ramène l'analysant à des épisodes et à des arrière-pensées sur lesquels il ferait volontiers l’impasse. Ce qu’il cherche finalement, c’est une expression qui soit à la mesure de son ambivalence (sensualité/agressivité), et qui n’ait pas les conséquences fâcheuses qu’elle a eues autrefois. C’est aussi que

l’on reconnaisse son désir de s’affirmer aujourd’hui, comme il l’a fait hier sans lui en faire grief.

Un patient qui terminait son travail avec moi s'étonnait de résoudre beaucoup plus facilement ses problèmes relationnels et ce, du seul fait de s'autoriser de sa parole, dans le monde, comme dans mon cabinet, d'y trouver une légitimité définitive.

C'est qu'aux débuts certains analysants font du moment sur le divan un temps à part, éloigné des contingences ordinaires de leur vie. Une sorte de soupape isolée. Ce moment est alors rempli de souvenirs, de récits du quotidien, passé présent ou futur. Une séance "fait du bien" mais ils pensent parfois à ces débuts que cela n'entame en rien ni eux-même, ni le monde tel qu'il le perçoivent, inchangé, une fois la porte du cabinet franchie.

La suite leur prouve le contraire. Car ce qui apparaît lors de l'analyse, toute trouvaille sur le divan finit par déborder sur la vie avec son empreinte singulière. Un savoir unique s'inscrit, produit du sens et une meilleure assise existentielle, bien plus qu'une simple connaissance.

Au final, je dirai qu'une psychanalyse permet une mise ou une remise en selle pour investir sa propre existence dans ce monde, elle est un gain de temps au vu de celui qui nous reste, pour habiter vraiment, et créer plutôt que subir le scénario de notre vie.

 

 

Thérapie des troubles de l'adolescence

Comme pour les enfants, la thérapie avec un adolescent ne peut fonctionner que si celui-ci est conscient d’une souffrance et désireux de se faire aider pour s’en débarrasser car toute thérapie demande une participation active du patient.

 

La période de l’adolescence est une étape particulièrement troublée car c’est la période où les corps se sexualise et doit également trouver son identité dans le monde. L'ado doit engager la mise en jeu de son identité propre dans la structure sociale, qui entretien l'illusion que "le manque" pourrait être comblé par des objets réels, techniques, ou accessibles par l'économie, consommables. Il sera prisonnier d'une alternative, d'être consommateur ou consommé par un monde où il ne serait plus qu'un élément indifférencié sexuellement, plus ou moins utile au système.

La légitimité d'une parole - et d'une autorité - différente sera donc en jeu dans la thérapie. Beaucoup de jeunes vivent des difficultés relationnelles, comportementales, scolaires voire existentielles et la thérapie pour les adolescents est une voie privilégiée d’accompagnement lors de cette période agitée. Lors de cette période, nombreux sont les troubles psychologiques qui passent inaperçus. Ils se cachent derrière trois types de signes d’appel indirects : - les plaintes corporelles ( maux de tête, de ventre, insomnies, manque d’appétit, fatigue chronique, prise de poids…), - les problèmes de comportement ( nervosité, agitation, repli sur soi, apathie, isolement, transgressions, provocations, automutilations…), - les problèmes scolaires ( baisse des résultats, absentéisme, indiscipline…). L’adolescent en thérapie a essentiellement besoin d’une écoute chaleureuse, neutre et sans jugement. Un espace d’accueil lui permet de se formuler et lui offrant une vision différente de sa souffrance qui le libèrera de son enfermement et lui ouvrira des perspectives nouvelles. 

 

Comment ça se passe ?

Dès la première rencontre, je pose un certain nombre de questions pour évaluer de quoi il en retourne. Il faut une écoute particulière pour ce qui constitue votre demande particulière, ce que vous dites et ce que vous ne dites pas mais qui s'entend déjà, ce que vous ne savez pas que vous dites, ce que vous savez sans le savoir. Qui que vous soyez, quoi que vous ayez fait - ou pas fait -  je m'y intéresse. J'évalue  après cela si un traitement est possible.

Si c'est le cas, je vous propose un Cadre adapté pour que votre vérité puisse se dire dans les meilleures conditions. Un cadre donc pour que la parole puisse se libérer, s'épanouir dans la confiance. 

Une psychanalyse permet une exploration de l'inconscient, et donc de mettre à jour par la parole ce qui constitue l'essence même nos motivations les plus intimes. Elle donne accès à un savoir et c'est un remède contre l'ignorance. Le sujet est remis en selle psychiquement.

C'est aussi une pratique, qui par ses apports cliniques quotidiens vient sans cesse corriger et actualiser la théorie, une méthode vivante donc, inventée par le Dr Freud il y a plus de 130 ans, pour traiter tout d'abord les troubles psychiques névrotiques :

Phobies, Obsessions, Hystérie

 

Champs d'application de la psychanalyse 

 

Phobies, Obsessions, Hystérie

Troubles de l'adolescence, Problèmes du couple,

Anxiété, depression,

addictions, anorexie, boulimie,

inhibition, insomnie, hyperactivité

Du trouble ponctuel au symptôme invalidant, les effets d'une psychanalyse sont "de surcroit" incommensurables. Après quelques séances en face à face, l'analyse commence  pleinement et l'analysant s'installe alongé sur le divan.

7 Chemin de Goninville 91490 Oncy-sur-École

Tel: 060449944

  • White Facebook Icon

© 2023 by Les Mésanges. Créé avec Wix.com